jeudi 18 mai 2006

Voyage temporel (aller et retour)

Il n'y aura pas de nouvelles carottes, ni de nouveaux missiles dans ce silo avant une quinzaine de jours. On peut en profiter pour éplucher les vieux légumes.

Au retour : Quelques précisions concernant cette photo. Elle fut prise à La Tiremande (Collines d'Artois) durant l’hiver 1981-1982 (donc au XXème siècle). Le modèle est celui qui rédige. Le photographe s’appelle Jean-Claude Ourdouillie.
Cette photo fait partie d’une série répondant à un projet initié par Julien Blaine et intitulé : Manifeste pour l’occupation des stèles et monuments abandonnés.
L’ensemble comprend 5 photographies, celle-ci est la quatrième. Sur la suivante, le pantalon et l’étoile sont descendus. Ces photos ont été publiées dans le n° 46 de la revue DOC(K)S à l’été 1982.

Libellés :

posted by Lucien Suel at 08:56 6 comments

mercredi 17 mai 2006

DK 59140

Une fois de plus, je quitte la maison et le jardin.
Je roule vers l’ouest.
Je roule vers Dunkerque.
Je vais traverser le pont de Rosendaël et garer la Saxo verte dans la rue Henri Terquem, en face de la Maison d’arrêt.
Je pense au bruit que fera la lourde porte verte.
Peut-être ma boucle de ceinture fera-t-elle sonner le portique de détection ?
Les gardiens m’accueilleront, sérieux teinté d’humour.
Ils iront chercher Franck, Arnaud, Ludovic, Abdel, Jean-Philippe, Dany, Enzo et Franck encore.
Dans la petite salle à l’étage, on refermera la porte sur nous et deux heures durant, tout autour de la table, les hommes écriront des poèmes.

Tout autour de la table, les hommes écrivent, se lisent leurs poèmes, écoutent leur poésie.
Tout autour de la table, on partage en présence de Nathalie, la bibliothécaire, attentive et souriante.
Tout autour de la table, dans le respect l’un de l’autre, la parole nous unit, la poésie nous libère.
Tout autour de la table, la voix des hommes s’élève.
Tout autour de la table, on expérimente la liberté d’écrire.
Tout autour de la table, une parole libre s’écrit, se dit, s’entend.
Tout autour de la table, la parole poétique choisit et met en ordre.
Tout autour de la table, le livre s’écrit, le livre se crée.
Tout autour de la table, les poèmes tournent en liberté.
Tout autour de la table, c’est le cercle des poètes revenus.
Tout autour de la table, le silence de l’écriture, le cri de l’écriture.
Tout autour de la table, la communauté des détenus, la communauté des gardiens.
Tout autour de la table, la gravité et les sourires au milieu de la gravité.
Tout autour de la table, tant de choses à dire, la peine, l’amour, l’enfance, la liberté, le regret, la trahison, la fidélité, l’espérance, la résistance, la nostalgie, la séparation, le rêve, la violence, la joie.
Tout autour de la table, parfois un rire qui fuse.
Tout autour de la table, le retour sur soi, la vie, la mort, la haine, la révolte, la souffrance, le passé, le futur, le présent, la grâce, la famille.
Tout autour de la table, le temps qui passe, le temps qui ne passe pas.
Tout autour de la table, le ciel, la mer, les murs, les portes, la solitude, la solidarité, la poésie, les hommes et leur sourire, l’écoute, l’émotion, le risque pris, l’attente, la tristesse.

Entrer sortir.
Partir revenir.
Je sors de la prison.
Les portes se referment derrière moi.
C’est le printemps à Dunkerque.
C’est le printemps en prison pour Franck, Arnaud, Ludovic, Abdel, Jean-Philippe, Dany, Enzo et Franck encore.
Ils existent dans les pages rassemblées ici.
C’est un livre ouvert.
Lucien Suel
« DK 59140 / Poèmes / 10-03-05 / 26-05-05 » est un recueil écrit l’an dernier par des détenus de la Maison d’arrêt de Dunkerque au cours d’un atelier d’écriture que j’ai mené en compagnie du sérigraphe Alain Buyse. Ce texte en est l’introduction.

Libellés :

posted by Lucien Suel at 08:25 1 comments

lundi 15 mai 2006

Remember

Libellés :

posted by Lucien Suel at 07:47 5 comments

vendredi 12 mai 2006

Exhumation 1 : (Maurice Magre 1877-1941)

La bouchère nue

Le village est cassé, atteint de lèpre, hagard.
Les toits sont par endroits troués par le désastre.
La place boursouflée et le clocher camard
Ont l’air de grimacer au silence des astres.

On dirait que le désespoir et le remords
Sont les hôtes geignants de ces portes de briques.
Mais comme un pou géant enfanté sur les morts
L’orgie au ventre épais bave dans les boutiques.

Des hommes un par un glissent le long des murs.
Là-bas dans une odeur de bête et d’écurie,
Sous le rougeâtre feu du bec de gaz obscur,
Comme une gueule en sang bâille la boucherie.

Ils entrent et parmi les bœufs morts de l’étal
S’accroupissent, luxurieux et pleins de joie.
Les visages ont quelque chose d’animal.
Au loin la lune monte... un chien errant aboie...

Et l’énorme bouchère aux grands seins descendant
Paraît et le public éclate quand elle entre.
Elle rit de plaisir et fait claquer ses dents,
Nue et flasque, elle danse une danse du ventre.

La viande et la sueur sentent également.
Un vieux en ricanant tient la lampe à pétrole
Et la hausse et la baisse à chaque mouvement,
Comme un prêtre bouffon d’une grotesque idole.

C’est pour les spectateurs un plus rare régal
Qu’un festin qu’on ferait dans le décor d’un bouge.
Et la danse ressemble à un cérémonial
Du vieux culte de l’homme à la chair de la gouge...

Puis l’on part. L’air est lourd de fièvre et de tabac.
la bouchère tord ses cheveux brillants de graisse...
La lampe fume et meurt... Un peu de sang fait : flac !
C’est la tête de veau pleurant dans l’ombre épaisse...

Maurice Magre
Extrait de « La montée aux enfers, Poésies. » Paris, Eugène Fasquelle, Bibliothèque-Charpentier, 1918
posted by Lucien Suel at 09:16 5 comments

mercredi 10 mai 2006

Le déambulateur

De l'autre côté du déambulateur, le monde galope, s'active, dévale, roule et pédale.
Le déambulateur, une barrière, un rempart mouvant.
Toi, tu te tiens, t'accroches des deux mains à la vie, aux chromes des barreaux, la tringle d'acier. Tu prends garde, attention de ne pas passer par-dessus bord ! Tes doigts déformés serrent fort le bastingage, exo-squelette, métal-prothèse.
Espace restreint, tu te penches un tout petit peu, toute ta vie trébuche derrière toi. Un pas encore dans le silence, dans les glissements des embouts, sur le caoutchouc, à te diriger vers ton enfance, ton innocence.
Tu as une trottinette sans roues, rien qu'un guidon, et tu as du mal, et tu respires par à coups. L'air a du mal à emplir tes poumons. Ton coeur est serré comme tes mains sur la barre du déambulateur.
La trottinette est rouge. Tu souris en la regardant. Tes verres sont embués.
On devra les frotter, les essuyer avec la peau de chamois.
Lucien Suel (extrait du livre "Une simple formalité")

Libellés :

posted by Lucien Suel at 14:24 0 comments

lundi 8 mai 2006

Silo (27) Henning Mankell

Par la fenêtre, il apercevait l’immense silo du port d’Ystad. p 88
Henning Mankell, La cinquième femme, Seuil policiers, mars 2000.

Libellés :

posted by Lucien Suel at 15:42 0 comments

vendredi 5 mai 2006

Les terrils (2)

Terril de La Tiremande vu d'Estrée-Blanche (photo P. Devresse)

le
terril
est-il une
friche stérile
schiste et schlamm
c’terril stérile a une
âme sous le schlamm et les
schistes ça sort du puits puis
ça monte au terril ce n’est pas du
tourisme on prend des risques c’est du
dur c’est dur ça durcit ça endurcit on est
mat usé on paie le prix on fait le tri bon gré
mal gré crasse terrible terre stérile schlamm noir
schiste rouge ça cuit la peau ça use l’âme ça te finit
on ferme pas de trace le terril se tasse le péril s’efface

Exposition "Les terrils, ombre & clarté", photos de Patrick Devresse, poèmes de Lucien Suel, du 9 mai au 2 juillet à la chapelle Sainte-Barbe de Bruay-La-Buissière (Pas-de-Calais). Inauguration le 6 mai à 15h.
Un autre extrait sur Silo.
N.B. : Les notes qui ont servi à l'élaboration du texte de L. S. sont publiées dans le n° 10 de "Notes, bulletins de liaisons", revue en ligne.

Une autre collaboration entre Patrick Devresse et Lucien Suel : Photoromans


Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 09:28 0 comments

mardi 2 mai 2006

Mauricette


Longue vie à la merveilleuse et inénarrable Mauricette Beaussart et au fameux blog de poésie élémentaire : ETOILE POINT ETOILE qu'elle anime depuis juillet 2005...

Libellés :

posted by Lucien Suel at 22:05 1 comments